Le ripio

7 janvier 2011

Le ripio

Après 4000 km parcourus en Argentine, il faut que je vous parle du ripio.
Ici, il y a deux sortes de routes: les routes asphaltées et les routes en ripio. Nous autres européens, nous aurions tendance à appeler ces dernières des pistes, mais ici ce n'est pas le cas. Le ripio c'est du gravier!
Suivant les conditions météorologiques ces routes peuvent aussi être de véritables bourbiers. Suivant qu'elles sont doublées par des routes plus récentes recouvertes de goudron ou seul moyen de déservir les estancias des environs, on se retrouve seul ou en compagnie d'autres usagers. Dans ce cas, gare aux projections sur les vitres (une vitre latérale pour nos compagnons de voyage, quelques impacts pour moi!). Autres préoccupations: la poussière, la tôle ondulée (forme que prend la piste au passage des voitures) qui démonte tout dans les véhicules et les animaux qui traversent sans crier gare!
Pourtant, vous l'aurez compris, c'est toujours l'option que nous choisissons! Elles permettent d'éviter la monotonie des longues routes droites sans réelle possibilité de s'arrêter.

PS: Le 06/01/2011: Ceux qui auront regardé une carte savent que pour rejoindre Ushuaia, il faut traverser une province du Chili. Sur 120 km la route est en ripio ... et elle est trrrès fréquentée; résultat pour André et pour moi, un pare-brise avec une belle fissure en cercle !

Une petite vidéo pour vous faire une idée: