French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Jour 3

21/06/2014

La journée 3 est à placer sous le signe des glaçons (pas ceux du pastis !) et des nids ...

Nous quittons notre bivouac après une petite promenade. Après quelques courses et les pleins d'eau et de carburant à Höfn, nous nous approchons de l'une des nombreuses langues qui descendent du Vatnajökull, cet immense glacier qgrand comme la Corse au sud est de l'Islande.
Au pied du glacier, dans le petit lac formé par la moraine frontale, flottent de nombreux icebergs striés de différentes nuances de gris (rien d’érotique là dedans [clin d’œil aux lecteurs de E.L. James !]) provenant des cendres volcaniques projetées par les éruptions successives lors des derniers siècles.


Au retour nous remarquerons au bord de la piste un nid de courlis

 

 

 et un nid de sterne arctique. Cette dernière nous attaquera à chaque tentative d'approcher ses oeufs !

Un peu plus loin ce sera un nid d'huitrier pie, puis des poussins ainsi qu'un couple de cygnes chanteurs avec leurs jeunes ...


Le point d'orgue de la journée sera le lagon de Jökulsarlon dans lequel flottent des centaines de blocs de glace de toutes les formes .. Ces iceberg terminent leur vie dans la mer toute proche et sont rejetés sur la plage de sable noir tels des sculptures de cristal. (Comme il pleuvait lors de notre passage et que nous nous sommes réveillés le lendemain sous un beau ciel bleu, nous sommes revenus sur nos pas pour refaire des photos ... ce qui explique la différence de lumière !)

La richesse en poissons du lagon y attire de nombreuses sternes qui nichent à proximité mais aussi des eiders et des phoques.


Au moment de chercher un bivouac, nous dérangerons un labbe qui, pour nous empêcher de trouver son nid, nous jouera la comédie de l'oiseau blessé pour qu’on le suive avant de nous attaquer en constatant l'inefficacité de son stratagème.

"Un touriste sait quand il part, où il va et quand il revient - un voyageur sait quand il part, ne sait pas trop où il va et ne sait jamais quand il revient" 

Nicolas BOUVIER

JoomSpirit