French English German Italian Portuguese Russian Spanish

La grande traversée

Traverser le Canada d'est en ouest en si peu de jours, n'est pas une mince affaire! Pour parcourir les 5500 km sur des routes limitées à 90 km/h, il nous a fallu faire de longues étapes chaque jour.
Dès la Nouvelle Écosse, nous retrouvons avec plaisir certaines particularités qui nous avaient amusés ou enchantés lors de notre séjour en 2012. Il y a, par exemple, ces intersections avec un stop à chacune des routes; l'ordre de passage correspond à l'ordre d'arrivée. Il y a aussi ces nombreux drapeaux bleu, blanc, rouge ainsi que les nombreux objets peints à ces couleurs ... Mais ne nous méprenons pas, ce n'est pas pour accueillir les cousins français ! La petite étoile jaune dans le bleu indique que ce sont les couleurs de l'Acadie ! Cette colonie française a un lourd passé puisque les Acadiens ont été déplacés de force. Durant toute la traversée nous rencontrons des noms de lieu ou de personnes qui chantent bon la France.
Lors de la traversée du Québec, nous faisons une étape chez nos amis Jean-Jacques et Micheline, rencontrés lors de notre précédent passage.
L'Ontario, avec ses nombreux lacs et forêts, nous permet de voir nos premiers ours noirs et élans sur le bord de la route. Les bivouacs sont toujours plaisants et sauvages avec souvent des animaux ou des plantes particulières à observer ... Nous avons aussi la surprise de traverser des régions entières peuplées d'amishs vivant encore comme au 19ème siècle.
Puis viennent les provinces des grandes prairies! Des routes en ligne droite sur des dizaines de kilomètres; des camions interminables qui vous doublent allègrement sans problème avec les limitations de vitesse; des cultures (au début) puis des pâturages à l'infini avec de temps en temps un immense silo à grain ou un puits de pétrole pour rompre la monotonie. Pour couronner le tout, des centaines d'incendies de forêt dans le nord du Saskatchewan dégagent une telle quantité de fumée que le ciel des deux provinces, sur des centaines de kilomètres, est opaque. Le soleil n'est qu'un vague disque orangé et l'on avance dans une brume qui avale les rares obstacles qui s'offraient à la vue ... Un enfer pour le conducteur fatigué ! Je peux vous dire que le régulateur de vitesse m'a été d'une grande aide durant cette traversée !
Nous voici enfin dans les Badlands, au nord est de Calgary, début de la véritable aventure.

 

"Un touriste sait quand il part, où il va et quand il revient - un voyageur sait quand il part, ne sait pas trop où il va et ne sait jamais quand il revient" 

Nicolas BOUVIER

JoomSpirit