French English German Italian Portuguese Russian Spanish

Dépose de Max à Anvers

Après un nettoyage complet du véhicule (aucune trace de terre n'est tolérée à l'importation !) , je l'ai conduit à Anvers le 9 juin.

Déposer son véhicule au port d'Anvers n'est vraiment pas compliqué !

Comme je suis passé par la compagnie Seabridge, tout était préparé à l'avance. Je leur avais envoyé des copies de tous les papiers nécessaires.

Arrivé sur place la veille, j'ai opté pour le camping conseillé par Seabridge car très bien situé à proximité du périphérique (N 51.18944 / E 4.40055).

A noter toutefois qu'il n'a de camping que le nom ... et le tarif ! Ce parc ombragé et enherbé ne propose que l’électricité, un point de vidange et un point d'eau. Il n'y a ni toilettes ni douches.

Armé d'un seau et d'une éponge, j'ai éliminé toute trace des insectes qui avaient lâchement profité de la surface offerte pour se suicider durant le trajet !

Levé à 7h30, j'ai transféré tout ce qui restait dans la cabine vers la cellule et j'ai pris la route du bâtiment administratif du port (N 51.34155 / E 4.28303). Compter 20 à 25 minutes.

A noter que si vous prenez le tunnel de Lillo (chemin choisi par le GPS) il vous en coûtera 6 euros.

A l'administration du port vous remplissez un formulaire avec le numéro de dossier que Seabridge vous a fourni et l'on vous édite les papiers nécessaires. (10 minutes s'il n'y a pas d'attente au guichet !)

Direction le terminal RoRo, à quelques minutes de là, où vous vous présentez à la porte 2 (N 51.33305 / E 4.28223).

Entrez dans le petit bâtiment à gauche de la porte rouge et quelqu'un vous escortera au parking de dépose des véhicules. Inspection de l'état de la carrosserie (pas un coup d’œil à l'intérieur !) et vérification des mesures.

C'est tout !

Pour le retour en ville j'ai du prendre un taxi qui m'a couté 50 euros !!! J'ai bien l'impression de m'être fait avoir !

"Un touriste sait quand il part, où il va et quand il revient - un voyageur sait quand il part, ne sait pas trop où il va et ne sait jamais quand il revient" 

Nicolas BOUVIER

JoomSpirit