DSC_0030.jpg

Walvis Bay, Swakopmund et Cape Cross

19 août 2022

300 km nous séparent de l’étape de ce soir.

Nous franchissons le tropique du capricorne, l’occasion de faire quelques photos-souvenirs mais jusqu’à Walvis Bay la journée est consacrée au trajet.

Le paysage change souvent et nous parcourons de grandes étendues de savane, une région plus montagneuse où nous traversons le canyon creusé par la rivière Kuiseb avant de nous engager sur le vaste plateau désertique du nord du Namib Naukluft.

Le vent souffle toujours aussi fort, faisant courir le sable sur la route.

Nous faisons un bref arrêt à Walvis Bay pour voir les colonies d’oiseaux mais les pélicans ne sont pas au rendez-vous, seuls les flamants roses bravent les rafales de vent, à la recherche de nourriture dans les marais salants.

20 août 2022

Nous laissons une voiture au garage car depuis le départ, l’alarme se déclenche aléatoirement de jour comme de nuit, sans raison, et il nous est impossible de l’arrêter sans débrancher la batterie.

Les filles en profitent pour se faire une coiffure africaine tandis que nous faisons le plein de nourriture au supermarché.

La réparation est faite dans la matinée (un problème de corrosion des cosses du système d’alarme) et nous reprenons la route peu avant midi en direction de Cape Cross, sur la Skeleton Coast (la Côte des Squelettes).

On y trouve une très importante colonie d’otaries à fourrure. Les animaux ne sont pas aussi nombreux que lors de notre passage en 2018 mais le spectacle reste impressionnant.

Ça crie, ça pue, les petits appellent leur mère, partie à la pêche, les mères crient pour retrouver leur petit dans cette foule désorganisée. Un coyote opportuniste déambule au milieu de cette joyeuse pagaille à la recherche de l’un des nombreux cadavres de petit qui n’a pas survécu à l’absence de sa mère. A voir les panneaux routiers à proximité de la colonie, les hyènes aussi doivent profiter de l’aubaine !

Il est temps pour nous de reprendre la piste en direction du Spitzkoppe. Au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la côte, la température remonte et ça fait du bien après 5 jours dans une athmosphère froide le matin et fraîche dans la journée.

Nous arrivons au camp en fin de journée. Le coucher du soleil colore tous les énormes rochers de granit qui nous entourent.

Menu principal

Newsletter